Placement Retraite 2017 : PEL, PEA, assurance-vie, PERP, Contrats Loi Madelin…

Se constituer un capital pour sa retraite, c’est devenu une obligation, même pour les jeunes actifs. En effet, rien n’est sur en terme de pension retraite, ni l’âge du départ, ni le montant une fois celle-ci mise en place. Bien épargner pour sa retraite, c’est avant tout ne pas se tromper dans le choix des placements 2017, et savoir démêler les avantages des uns des inconvénients des autres. Qu’il s’agisse d’un PEA ou d’un PERP, à suivre notre guide pour préparer sa retraite et se constituer un capital dans de bonnes conditions.

 

Le PEL


Placer son argent à moyen terme ou à long terme avec un PEL, c’est un pas en avant de fait pour un jour devenir propriétaire. En effet, posséder son logement va permettre d’économiser un loyer, et donc de compenser avec la baisse de ses revenus en raison de la fin de son activité professionnelle.

Le plan épargne logement est avant tout un placement sécurisé, et c’est cela que les épargnants doivent privilégier à l’heure de mettre de l’argent de côté pour les vieux jours. Le PEL va permettre chaque mois d’économiser un peu, dans l’optique d’un premier achat immobilier. C’est un placement qui permet de savoir combien on va toucher d’intérêts chaque année, puisque le taux est fixé au moment de la souscription, et qu’il ne pourra plus changer pendant toute la durée du plan.

Rapport et fiscalité

Actuellement, le PEL rapporte 1,5% par an, mais il faut rajouter la prime d’état au moment où on derme son PEL pour acheter un appartement ou une maison. Il faut pour cela se faire octroyer un prêt aux conditions du plan épargne logement, d’in montant minimum de 5000 euros. Attention, la prime d’état ne pourra pas dépasser 1525 euros.

Enfin, rappelons que le PEL est un placement qui bénéficie d’une fiscalité adaptée, puisqu’il ne sera pas nécessaire de déclarer les intérêts aux impôts. Seuls les prélèvements sociaux obligatoires resteront à payer.

 

Investir en bourse pour sa retraite


Si le PEL est un placement avec une marge de sécurité importante, ce n’est pas forcément le cas du PEA. Ouvrir un plan d’épargne en actions, c’est investir en bourse, dans le cadre d’un compte d’épargne réglementé. Mais acheter des actions, ça peut faire gagner beaucoup d’argent, plus qu’un placement sur un livret A, mais ça peut aussi fortement impacté le capital à la baisse. Ainsi, pour avoir un complément de revenu à la retraite mieux vaut miser sur le bon cheval si l’option d’épargne privilégié est le PEA. A ce sujet, lire notre article sur :

Avec un PEA, on peut acheter des actions, mais pas seulement. Il est possible aussi d’investir dans des SICAV et dans des fonds communs de placement. Quant à la fiscalité, il faut savoir qu’acheter des actions en passant par son PEA permet d’avoir ses dividendes et ses plus values éventuels exonérés d’impôt, ce qui peut représenter une belle économie au bout de quelques années.

La contrepartie, c’est qu’il ne faut pas retirer de l’argent de son plan avant 5 ans. Afin de profiter au maximum des possibilités de gains offertes par la bourse, il est recommandée de ne pas laisser « dormir » son plan d’épargne action, mais de l’alimenter, et de réaliser des arbitrages fréquents, afin de vendre et d’acheter au bon moment. En bref, il faut se tenir au courant des fluctuations boursières et de l’actualité économique.

Retraite et PEA : avantages

Pour les retraités, sachez qu’il est possible au bout d’un certain nombre d’années de détention (8 ans) de se faire verser l’argent qui est sur son PEA sous la forme d’une rente viagère. Là encore, il faudra toutefois s’acquitter des prélèvements sociaux.

 

Placer ses économies dans une assurance sur la vie


L’assurance vie permet de réaliser deux stratégies de placement différentes. On peut choisir de sécuriser son capital, par le biais des fonds en euros, sans risque pour l’épargne, mais pas forcément très rémunérateurs. Ou alors, au contraire, on peut choisir d’avoir un profil d’investisseur plus aventureux (ou agressif) et de choisir un placement en unités de compte.

placement retraite

Le capital ne sera alors pas garanti, mais les perspectives de gains seront, elles, plus alléchantes. La troisième alternative consiste à mixer les deux, en démarrant par exemple fort dans un premier temps, et en assurant sa retraite dans un temps second.

Fiscalité

Quant à la fiscalité d’un contrat d’assurance vie, elle est avantageuse dans l’optique de la retraite. Puisqu’il sera possible, au bout de 8 ans, de racheter une partie de son assurance si besoin, et d’échapper à l’impôt sur les plus values (conditions à respecter).

A noter : pour celui qui ouvre une assurance vie en prévision de sa retraite, pourquoi ne pas privilégier un fonds conçu dans ce sens, pour rapporter sur le long terme, voire sur le très long terme ?

Le PERP : un bon plan pour la retraite ?


Voici un plan d’épargne retraite qu’il vaut mieux démarrer jeune, surtout si la première mise n’est pas très élevée. Votre force si vous n’avez pas beaucoup d’argent à placer reste le temps : plus l’épargne sera longue, et plus il y aura de l’argent de côté en prévision de ses vieux jours.

Concrètement, le principe du PERP est le suivant : on épargne tant qu’on peut, et quand vient l’heure d’aller à la pêche au lieu d’aller bosser, on peut profiter de cet argent sous la forme d’une rente, afin d’assurer un petit complément de retraite et ne pas trop perdre en niveau de vie.

Perspectives

Les versements sont libres, à chacun d’alimenter son PERP en fonction de ses moyens. Généralement, un jeune actif qui ouvre un tel plan épargne tranquillement les premières années avant de passer à la vitesse supérieure à partir de 40 ans. Le désavantage de ce placement, c’est qu’il n’est pas possible de prendre une partie de l’argent avant d’être à la retraite, même en cas d’un besoin de financement urgent. Toutefois, certaines exceptions permettent de retirer une partie de son argent avant l’heure, mais il ne faut pas espérer pouvoir prendre plus de 20 % de son PERP.

Pour le retraité qui préfère toucher un capital plutôt qu’une rente, cette formule est possible, même lorsqu’il s’agit de toucher 100% de son argent. Pour les chômeurs non indemnisés et les veufs, il est possible de ne pas attendre la retraite pour toucher son argent, notamment à cause de la précarité qui peut en découler.

La fiscalité du PERP

Le gros avantage, c’est quand même que dans une certaine mesure, il est possible de déduire l’agent placé des impôts, sans aller plus loin que 10% de ses revenus du travail. Regardez bien votre avis d’imposition pour connaître la somme qu’il est possible d’y placer chaque année, elle est inscrite sur la déclaration. Alors, le PERP est-il le meilleur placement bancaire ?

Bénéficier des contrats retraite de la loi Madelin


Les contrats Madelin sont à peu près l’équivalent des PERP, mais pour les commerçants et tous les professionnels non salariés. La principale différence réside dans le fait que l’argent ainsi placé pour sa retraite est déductible des bénéfices professionnels, ce qui permet ainsi d’avoir une retraite complémentaire. Des plafonds sont fixés, notamment par rapport au plafond annuel de la sécurité sociale.

Bon a savoir : il existe un pendant des contrats Madelin pour les travailleurs agricoles. Seule la fourchette de cotisation est différente.

Tout cela pour dire que le rallongement des années à cotiser n’est pas la seule chose qui doit inquiéter les futurs retraités. Le montant des retraites doit aussi être envisager, car avoir du temps mais ne pas pouvoir en profiter faute de moyens est dommage. La meilleure façon d’augmenter sa retraite reste d’y avoir penser bien avant, en épargnant dans cette optique. Pour ceux qui n’ont encore rien mis de côté, pourquoi pas commencer maintenant ?