Les meilleures assurances-vie: comparatif du rendement des contrats

L’année dernière a été un bon cru pour l’assurance-vie, avec une collecte nette positive proche de 21,3 milliards d’euros. Et pourtant l’épargnant savait que le rendement offert par les assureurs pourrait être en baisse. Ils ont préféré délaisser les faibles 0,75 % du livret A, pour placer leur argent sur un support rémunérant encore au-delà de l’inflation.
Et certains d’entre eux ont bien fait, car une poignée de fonds en euros ont rémunéré au-delà de 3 %. En 2017 les performances devraient être les mêmes, voir même s’améliorer si la France emprunte plus cher. Le point sur ce qui s’est passé il y a 12 mois, et sur ce qui attend les ménages cette année.

L’assurance-vie en support euro est-elle toujours intéressante ?


L’importance du capital garanti

L’assurance-vie en support euro est intéressante, dans la mesure où le capital versé est garanti, l’épargnant est donc certain de retrouver sa mise. Toutefois le rendement devient de moins en moins intéressant,  la plupart  finit aux alentours des 2,5 %. Toutefois il faut comparer ce qui est comparable, car aujourd’hui du fait de l’inflation relativement basse les livrets ne rapportent que 0,75 %, voire plus lors de certaines promotions.

Un meilleur rendement en 2017 ? Peut-être


Pour obtenir un meilleur rendement, il faudrait que la France puisse emprunter plus cher sur les marchés financiers, au désavantage du contribuable. Car les assureurs sont ce que l’on appelle des investisseurs institutionnels (ou zinzins pour les intimes), qui placent l’argent des épargnants sur les supports les plus sécurisés possible.

Parmi ces derniers on trouve les dettes des états, dont celle de la France. Malheureusement pour l’épargnant et heureusement pour le contribuable, la France emprunte à des taux de plus en plus bas. Début janvier son obligation à 10 ans sera rémunérée en dessous de 0,8 %. Difficile dans ce cas de procurer un bon rendement aux ménages, à moins que l’État puisse emprunter plus cher.

Ce sera le cas si sa dette continue de gonfler, perdant ainsi de sa crédibilité et permettant aux investisseurs d’être rémunérés davantage en échange de l’acceptation de cette prise de risque.

Ce sera également le cas si la réserve fédérale américaine révise ses taux de refinancement à la hausse, comme elle a officiellement prévu de faire au mois de mars. Les mécanismes des marchés forceront la France à promettre une rémunération plus importante, ce qui permettra aux assureurs d’emprunter à de meilleur rendement pour leurs assurés.

Une épargne encore rémunérée au-delà de l’inflation

Malgré une rémunération en baisse, l’assurance-vie en support euro permet toujours à l’épargnant de placer son capital avec un rendement supérieur à l’inflation. Par ailleurs n’oublions pas que l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) a enjoint les assureurs à augmenter leur Provision pour Participation aux Excédents (PPE).

rendement 2015

Cette réserve de trésorerie que l’on peut comparer aux bénéfices  non distribués des entreprises, devrait passer de 1,8 % à 2 % cette année. Une autre manière de rendre le placement encore plus sûr, car au cas où les performances seraient moindres les gestionnaires auraient la possibilité d’utiliser cette trésorerie pour amortir certains placements, voir la redistribuer.

Quid des fonds euros croissance ?


Les contrats euros croissance présentent l’avantage d’offrir un rendement supérieur à ceux proposés par les assurances-vie en euros, pour tout autant de sécurité. Toutefois cette sécurité matérialisée sous la forme d’une garantie du capital n’est acquise qu’au bout de 8 ans de détention. Le souscripteur ayant besoin de retirer les fonds placés avant cette date, pourrait fort bien récupérer moins que ce qu’il n’a épargné.

euro croissance

Il présente l’avantage de permettre à l’épargnant d’établir un contrat sur mesure, dosant le risque et la sécurité en fonction de ses projets patrimoniaux, de sa situation personnelle et professionnelle. Dès lors que l’objectif est de détenir pendant au moins 8 ans, beaucoup d’assureurs seront tentés d’investir 80 % en obligations, et 20 % en actions.

Alors quel peut être le rendement de ces nouveaux fonds euros croissance ? Certains assureurs évoquent une rémunération de 0,5 % supérieure à un fonds en euros classique, tandis que d’autres affichent l’ambition de surperformer de 2 %. Si ces derniers ont raison, ils pourraient distribuer des rendements de 5 %, ce qui est aussi bien que l’immobilier locatif.

En tout état de cause il est préférable de tabler sur une fourchette variant de 2,5 % à 5 %. Toutefois rappelons que l’assurance-vie euro-croissance est une nouveauté qui démarre cette année. Il faudra donc attendre plusieurs années avant de pouvoir juger du résultat, et à ce titre il peut être intéressant de diversifier son épargne.