Investir dans les bitcoins en 2017: cette monnaie virtuelle va-t-elle s’effondrer ou vous rendre riche ?

Toutes celles et ceux qui se sont récemment rendus sur Internet pour dénicher le meilleur investissement sont forcément arrivés au bitcoin. Cette monnaie virtuelle sans banque centrale sert à beaucoup de choses, notamment au blanchiment aux dires de certains, et se trouve être très volatile. Les cours s’envolent et s’écroulent, pour finalement remonter, ce qui rend toutes prévisions difficiles. La remontée du cours du bitcoin est sans doute due au fait que l’on peut acheter des bitcoins en ligne rapidement et facilement. Mais faut-il investir dans les bitcoins ?

Le bitcoin, qu’est-ce que c’est ?


Une monnaie virtuelle créée par des mathématiciens

Le bitcoin est une monnaie virtuelle créée par des mathématiciens, regroupés sous le pseudonyme de Satoshi Nakamato. À moins qu’il ne s’agisse que d’une seule et même personne, car à la vérité on ne sait pas combien de créateurs sont derrière le bitcoin.

Comment produit-ont le bitcoin ?

Le bitcoin n’est pas produit par une banque centrale, comme le sont les monnaies euros, dollars et toutes les autres. Pas de planche à billets, mais des sites Web appelés « mines ».

Ces mines se trouvent être des serveurs, permettant l’accès à des lots de bitcoins comprenant 25 unités. Pour sortir 25 unités de la mine, vous devez résoudre un problème mathématique, du genre de ceux que l’on ne vous apprend pas à l’école.

Un principe pas si compliqué

Plus encore, le système est fait pour limiter la production de bitcoins dans le temps, afin de maîtriser sa valeur. À ce titre, le nombre de bitcoins que l’on pourra retirer d’un lot une fois chaque différente équation mathématique résolue, passera de 25 unités à 12,5 unités en 2017.

Il semble que le principe de production s’attache à raréfier de plus en plus le nombre de bitcoins en circulation, afin de stabiliser son cours à terme. Il y a donc une réelle volonté de sérieux du côté des créateurs.

Le principe est donc proche de celui des gisements de matières premières, desquels on peut puiser tout ce que l’on veut au début, puis de moins en moins par la suite.

Combien de bitcoins peut-on produire ?

Le stock maximum productible par les mines est de 21 millions d’unités, volume qui sera atteint en 2033. On estime à 10 millions le nombre de bitcoins en circulation.

Comment reconnaît-on un bitcoins ?

Si certaines sociétés ont commencé à fabriquer des pièces estampillées avec logo, il faut bien comprendre que le bitcoin est immatériel. Il n’est pas produit physiquement et n’est donc pas palpable. Il se présente sous la forme d’une série de chiffres, que l’on appelle clé. Il y a une clé privée et une clé publique.

Le bitcoin, à quoi ça sert ?


Un substitut très discret par rapport aux monnaies classiques

acheter des bitcoinsLes mauvaises langues vous diront que le bitcoin sert au blanchiment d’argent. Si tel n’est sans doute pas le but principal (encore que si vraiment c’était le but on n’en saurait rien car les créateurs sont inconnus), il est clair que son aspect indétectable facilite bien des choses.

C’est sans doute l’une des raisons pour laquelle on a observé une remontée des cours du bitcoin au début avril 2014, pour observer une chute vertigineuse par la suite. Beaucoup d’analystes estiment que de l’argent a ainsi transité vers le marché des bitcoins au moment de la crise financière de Chypre.

Car il n’existe aucun organisme de régulation des flux, tout le monde peut acheter des bitcoins en ligne rapidement et facilement. Le transfert se fait de particulier à particulier, sans intermédiaire et sans condition. Il est absolument impossible pour les états d’identifier les parties prenantes des transactions.

Régler ses achats avec les bitcoins

Non-seulement de plus en plus de site Web vous permettent de régler ses achats grâce aux bitcoins, mais surtout certains magasins physiques commencent à les accepter. Le bitcoin sert donc à acheter sur Internet en toute discrétion.

Cependant, les boutiques en ligne acceptant les bitcoins se heurteront à un moment donné aux difficultés de trouver des précisions fiables, et doivent s’attendre à se demander constamment si le cours du bitcoin va continuer à monter.

Avantages et inconvénients des bitcoins


Avantages : la monnaie unique

Le bitcoin représente une monnaie internationale unique. Si le pays dans lequel vous vivez montre des signes de grande faiblesse économique, si vous pensez qu’il pourrait déclarer faillite, vous pouvez acheter des bitcoins en ligne rapidement et facilement.

Au cas où votre devise s’écroule, non-seulement vous aurez sécurisé vos capitaux, mais en plus vous pourrez les réinvestir dans votre pays, avec un pouvoir d’achat largement supérieur.

Inconvénients : un nombre restreint de sites marchands l’accepte

On peut dépenser ses bitcoins sur Internet, mais en majeure partie dans des jeux en ligne. Il est donc possible d’acheter des points de vie et des épées à rayon laser pour envahir une planète virtuelle sur une plate-forme de jeu, mais l’on ne peut encore s’acheter d’automobile.

Cependant, il est clair que les sites marchands acceptant les bitcoins vont être plus nombreux au cours des mois à venir.

Avantages : pas de frais

Imaginons que vous ayez un site Web, sur lequel vous vendez des biens ou des services, et que ces prestations ou ces marchandises soient payées en bitcoins. L’argent ne transite pas par une banque, mais uniquement entre l’acheteur et le vendeur.

Rien à déclarer, aucune taxe, et surtout aucune commission d’intermédiaire. Si vous utilisez des plates-formes de paiement connu, la commission sur la transaction peut atteindre 5 %. Avec le bitcoins, c’est entièrement gratuit.

Inconvénients : il attire les cybers pirates

Si l’avantage du bitcoin et d’être non-palpable, c’est également son inconvénient. Dès lors qu’il se matérialise uniquement par une série de chiffres, il peut être piraté par des cyber-délinquants. Le plus grand marché d’échanges virtuels, le japonais MtGox , avoue devoir se défendre quotidiennement face à de nombreuses attaques virtuelles.

Avantages : une discrétion à toute épreuve

Les bitcoins s’échangent de particulier à particulier, sans intermédiaire. Une autorité judiciaire ne peut donc pas s’adresser à un organisme pour l’enjoindre de lui remettre les coordonnées de toutes les transactions récentes.

Il est donc possible de posséder un ou plusieurs sites Web, et de les monétiser avec des bitcoins, tout en évitant les impôts et TVA.

Inconvénients : le capital n’est pas garanti

Rappelons que du fait que les bitcoins ne sont pas émis par une banque centrale, les dépôts ne sont pas garantis. Si vous déposez votre argent physique dans une banque, ou si vous placez vos économies dans une assurance vie, le montant est garanti par l’État français jusqu’à un certain niveau.

Précisément parce que la Banque Centrale Européenne pourra faire marcher la planche à billets pour vous verser votre capital, au cas où.

Faut-il investir dans les bitcoins ?


Une monnaie extrêmement volatile

posséder des bitcoinsLes fans du bitcoins avancent que l’avantage de cette monnaie est qu’elle n’est pas régulée par une banque centrale. C’est également son énorme inconvénient, parce que le fait de ne pas être régulée la rend extrêmement volatile. Disons-le clairement, il est impossible de prévoir le cours du bitcoin en 2017 avec précision.

En revanche, on peut raisonnablement avancer que plus cette monnaie va se développer, plus elle sera volatile, capable de perdre ou de gagner 50 % en quelques heures.

Si l’on peut acheter des bitcoins en ligne rapidement et facilement, il est conseillé de les considérer comme un investissement à capital non-garanti, ne devant surtout pas représenter la majeure partie d’un budget épargne.

Exemple de volatilité du bitcoin

Dans la journée du 10 avril 2013, le bitcoin est brusquement monté à 266 US$, pour finir en fin de séance à 125 US$. Ce fut la première crise économique de cette monnaie virtuelle. Le cours a continué de descendre, pour naviguer aux alentours des 50 US$ en juillet 2013. Puis, le cours du bitcoins a progressivement ré-augmenté pour atteindre presque 110 $ au début du mois de septembre.

La remontée du cours du bitcoin est une bonne nouvelle, car elle prouve que cette monnaie est solide, et n’a rien d’un phénomène de mode né pour disparaître.

Alors, faut-il investir dans les bitcoins ?

On ne doit conseiller d’investir dans les bitcoins qu’aux personnes recherchant la volatilité, et disposant d’une capacité de réaction rapide. On doit pouvoir acheter et vendre exactement au bon moment, et surtout on ne doit pas avoir besoin des capitaux engagés.

Il est clair que la remontée du cours du bitcoin peut atteindre 50 % en peu de temps, ce qui en ferait le meilleur investissement de l’année. En revanche, cette monnaie virtuelle ne doit pas être considérée comme une épargne. Uniquement comme un investissement risqué, pouvant rapporter mais pouvant également coûter cher.

Qu’en pensent les banques centrales ?

On pourrait s’attendre à une réaction négative de la part des banques centrales, et pourtant la Banque Centrale Européenne (BCE) comme la Fed (Federal Reserve : la banque centrale américaine) reste prudente face à ce phénomène. Notamment, les polices financières du monde entier aimeraient beaucoup être en mesure d’identifier les flux d’échanges.

Il n’empêche qu’à ce jour, il est possible d’acheter des bitcoins en ligne rapidement et facilement, pour les échanger par la suite contre des biens, des services, mais surtout contre des euros, des dollars et des yens japonais.

D’ailleurs, dans un rapport rendu publique en octobre 2012, la BCE a émis un avis plutôt positif sur ces monnaies virtuelles. L’institution européenne y voit des aspects innovants ainsi qu’une source alternative de paiement.

Cependant, dans ce même rapport la BCE critique le côté anonyme des fluctuations. L’institution estime également que la complexité du système rend trop opaque les prévisions de cours du bitcoins.

Qu’en pensent les économistes ?


Trop volatile pour les uns

Certains économistes estiment que le bitcoins ne remplacera jamais les monnaies émises par les banques centrales. La raison est uniquement liée à leur volatilité, car quel est l’intérêt de détenir une monnaie qui peut valoir une télévision aujourd’hui, et uniquement un stylo à bille demain ?

Mais il faut être honnête, l’inverse est également valable. Vous pourriez vendre un stylo à bille aujourd’hui et vous faire payer en bitcoin, pour vous achetez une automobile demain.

Pour preuve, le bitcoin était à 51 € au début du mois de juillet 2013, pour ensuite monter brusquement au cours de trois hausses successives, et se stabiliser (temporairement ?) à 112 € le 31 août 2013.

La remontée du cours du bitcoins a permis aux investisseurs de juillet de doubler leur capital en moins de deux mois.

Une gestion décentralisée intéressante pour les autres

Ce système de gestion décentralisée, uniquement d’utilisateur à utilisateur et sans intermédiaire, est intéressant pour beaucoup d’économistes. Ces derniers mettent en avant le fait qu’une telle liberté d’échange permet précisément une grande fluctuation.

Danger fiscal pour les uns

Le système fiscal de la plupart des pays du monde est basé sur les revenus, ainsi que sur la consommation via la TVA. À partir du moment où l’on ne peut plus maîtriser ni les revenus, ni les flux monétaires sur la consommation, il n’est plus possible de lever d’impôts.

Comment pourra faire un état pour se financer ? Ceux à quoi beaucoup de citoyens seront tentés de répondre que de toute façon, vu ce que fait le gouvernement avec nos impôts…

Danger démocratique pour les autres

Afin de bien comprendre ce concept, rappelons que le bitcoin n’étant géré par aucune banque centrale, un seul et même individu peut donc détenir à lui seul la plus grande quantité, sans que personne ne le sache.

Il peut du jour au lendemain cesser de les faire circuler pour en augmenter la valeur, pour ensuite les mettre en vente au compte-gouttes et réaliser des bénéfices colossaux.

Il se trouve donc certains détracteurs pour avancer que l’absence de contrôle est antidémocratique, car la volonté d’un seul individu peut passer avant la volonté d’un groupe d’individus.

Ceux à quoi beaucoup de celles et ceux qui lisent ces lignes auront envie de répondre : « ah bon, parce que ce n’est pas l’appétit incontrôlé de quelques financiers qui ont provoqué toutes les crises économiques jusqu’à présent, contre le droit de regard du reste de la population ? ».

A méditer.


Envie d’investissements « rock n’roll » ? D’autres propositions :