Investir dans l’art contemporain : comment placer son argent dans les oeuvres d’art sans risque

A la recherche d’un investissement atypique ? Pourquoi ne pas diversifier son patrimoine avec de l’art moderne ? L’art est un placement financier plus rentable que les actions grâce notamment à la défiscalisation, mais investir dans l’art contemporain représente quand même un risque, même si certaines œuvres restent un placement refuge conséquent. Alors, faut-il investir dans l’art contemporain en 2014 ?

 

Placement dans l’art : attention aux promesses non tenus

L’art contemporain n’est pas à mettre en toutes les mains. Pour placer son argent dans une sculpture ou dans un tableau, voire dans une installation, mieux vaut avoir en tête autre chose que le rendement, à moins d’être un professionnel du marché. Le premier déclencheur d’achat doit avant tout rester le plaisir de posséder l’art et de l’exposer chez soi.

Les mauvais côtés de l’art contemporain

On commence par le côté obscur, afin de bien faire réfléchir ceux qui voudraient se lancer dans ce placement différent, qui peut rapporter gros mais qui peut aussi faire perdre beaucoup d’argent.

La côte d’un artiste : elle peut monter à une vitesse folle et s’écrouler le lendemain. Difficile de faire des projections dans ce secteur d’activité, les modes passant parfois très vite. Les bons plans pas chers qui se transforment en mine d’or sont rares, c’est un peu comme gagner au loto, donc mieux vaut ne pas trop se monter la tête quand on a l’impression d’avoir fait une excellente affaire.

Une fois achetée, si la côte explose, il faudra revendre l’œuvre, et trouver un acheteur, pas toujours évident en temps de crise. A l’opposé, si rien ne se passe, il y a fort à parier que vous ne trouverez personne pour la revente, même au prix d’achat. Revendre une œuvre d’art peut se transformer en un parcours du combattant. Mieux vaut donc avoir acheté un tableau dont les couleurs s’accordent avec votre salon.

 

L’art contemporain est un pari : rien de garanti

Investir dans l’art n’est pas la même chose qu’ouvrir un livret A. C’est un placement réservé aux aventuriers, et à ceux qui ne sont pas effrayés par le risque. Car des fortunes se sont faites sur le risque, qu’on se le dise, surtout dans l’art contemporain, ou un peu de buzz peut suffire à démultiplier la côte de l’artiste. Pour se tromper le moins possible, mieux vaut parier sur un artiste déjà en galerie et qui a une petite carrière derrière lui. Enfin, ne pas penser que tout va grimper en l’espace de 3 ans. Une carrière artistique, ça prend du temps. Le meilleur exemple reste Van Gogh, qui aurait bien eut besoin des millions que valent maintenant ses œuvres.

Rappelons la règle fiscale en matière d’exonération : pour ne pas payer d’impôts sur les plus values, il faut garder son œuvre au moins 12 ans. Suffisant pour que la sauce prenne ?

 

L’art n’est-il réservé qu’aux professionnels ?

Se faire un œil prend du temps, et il peut se passer quelques années avant de comprendre comment le monde de l’art contemporain fonctionne. Pour acheter un œuvre d’art, il faut s’entourer de conseils. Mais comme toujours, la connaissance à un coût, et il faudra rémunérer l’expert lors de l’achat. Celui-ci fixe ses honoraires en fonction de la valeur du bien, et peut prendre jusqu’à 10% de commission.

Vous n’y connaissez rien mais rêvez d’investir ?

Il existe des fonds communs de placements qui comprennent des œuvres d’art. Une bonne façon de devenir « propriétaire » d’une partie d’une œuvre sans y laisser toutes ses économies.

L’investissement dans les œuvres d’art en 2014 : un bon placement ?

Et si investir dans un tableau pour un particulier rapportait plus qu’acheter des actions ? Le marché de l’art est organisé comme le CAC 40, avec des données sur chaque œuvre et sur chaque artiste. La côte d’un tableau n’est donc pas faite au hasard, mais se base sur les ventes passées, sur plusieurs années.

L’indice du marché de l’art est le S&P500, mais les côtes sont moins volatiles que les actions. Le nombre de collectionneurs augmentent chaque année, le nombre d’artistes aussi. Et les chinois sont les plus grands acheteurs d’art. Il n’est pas nécessaire d’être millionnaire pour acquérir une œuvre.

A lire, afin d’éviter de faire des erreurs en matière de placement : crise financière en 2014.

Combien faut-il investir pour démarrer une collection ?

Les belles pièces démarrent à 15 000 euros. C’est la grosse différence avec la Bourse, se constituer un petit portefeuille coûte moins cher. L’art est donc un bon placement, à condition d’y investir un minimum. Plus l’œuvre est achetée chère, et plus elle a de chances de se valoriser. Pour celui qui a un peu d’argent à placer, mieux vaut acheter une belle œuvre que plusieurs petites.

L’art est-il un placement refuge

investissement art

Comme l’or, l’art peut être un placement refuge, ou en tout cas un moyen de diversifier son patrimoine.

A lire aussi : le prix de l’or en 2014

Les enchères ont le vent en poupe, et la crise ne semble pas pour le moment effrayer les investisseurs. Tant que la bourse ne repartira pas d’une façon franche et soutenue, acheter des œuvres sera un bon moyen alternatif pour :

  • Réaliser un placement sur le long terme : pas de plus values à court terme possible, à moins de dénicher un Basquiat dans une brocante…
  • Acheter autre chose que des actions

A ce sujet, lire notre article investir en bourse en 2014

Quelle est la fiscalité sur les œuvres d’art ?

Heureux qui payez l’ISF, sachez que posséder l’œuvre d’un artiste n’est pas taxé, autrement dit l’art n’est pas assujetti à l’ISF. Les petits malins qui sont proches du seuil fatidique ont vite fait le calcul : un investissement dans un tableau contemporain permet de passer son tour pour l’impôt sur la fortune. Une niche fiscale qui permet à se marché d’être toujours très actif.

En cas de revente, l’exonération est dégressive en fonction du temps de conservation de l’œuvre. 12 ans, pas d’impôts sur les plus values. Une vente après un achat de moins de 2 ans sera taxée a 32,5%.

Important : toujours bien conserver sa facture d’achat, pour éviter de devoir payer aux impôts 5% de taxe en cas de revente sans justificatif, même après les 12 ans.

Tout savoir sur la défiscalisation d’œuvre d’art

Faire un bon placement va souvent avec un régime fiscal adapté. Tout ce qui est signé par un artiste en bénéficie : tableau, sculpture, photo… Bien effectué, ce type d’achat permet souvent d’obtenir une rentabilité plus élevée qu’une location immobilière, qui peine à atteindre les 5% par an. L’art permet de diversifier son patrimoine, tout en ayant l’impression d’acheter quelque chose d’utile.

En cas de revente, vous serez imposé de la manière suivante : soit une taxation de 5% sur le prix de vente, soit une pourcentage de taxe sur la plus-value (exonération si + de 12 ans de conservation).

Un investissement risqué, à prendre avec des pincettes


Si l’on fait le tour de tous les placements risqués, celui qui consiste à investir dans l’art contemporain est l’un des plus importants, du fait de la multitude d’artistes et de tout ce qui peut venir bouleverser le prix d’une œuvre d’art.

Le maître mot reste donc la prudence, et ne pas penser que son goût est gage de sûreté, même s’il vaut mieux investir dans une valeur à laquelle on croit. Et contrairement à la peinture classique, le moderne peut prendre de la valeur comme en perdre, et spéculer n’a rien d’une sécurité à toutes épreuves. Il ne faut pas avoir peur de perdre son argent, pour le regagner un peu plus tard quand la côte aura remontée.

Les impairs à ne pas commettre

Attention de ne pas suivre un courant qui semble marcher, la mode en matière d’art peut changer en quelques mois. Ainsi, acheter des photographies par exemple, se fait de plus en plus ces derniers temps, mais il faut privilégier les photographes célèbres et n’acheter que leurs meilleurs tirages, afin d’avoir une chance de voir perdurer sa côte dans le temps, et ainsi de pouvoir revendre son placement. Attention aux jeunes talents qui n’ont encore rien prouvé dans le temps.

Pour mettre toutes les chances de son côté lors d’une revente future, le mieux reste de faire expertiser sa peinture ou sa photographie.

Quel budget faut-il avoir pour acheter de l’art ?

On a l’habitude de dire qu’il faut quand même avoir un peu d’argent pour se lancer dans l’achat de tableaux, surtout dans l’optique d’un placement à long terme. Les œuvres les plus chères sont celles qui se revendent le mieux.

On a constaté que pour tout placement à 50 000 euros et plus, les risques de pertes sont moindres, les acheteurs privilégiant les œuvres de grandes qualités, même pour les artistes de renom.

Le mieux reste encore de pouvoir acheter des tableaux à 100 000 euros et plus.

Investir dans l’art

Pour les acheteurs qui voudraient en savoir plus sur ce type de placement, nous recommandons la lecture de l’ouvrage de Fabien Bouglé, « investir dans l’art ». L’auteur est un spécialiste en ce qui concerne tout ce qui touche le patrimoine artistique. Et avec un marché aussi énorme que celui qui l’est actuellement, mieux vaut prendre des conseils auprès d’un expert reconnu.

Envie d’investir dans quelque chose de différent, et d’original ? Pour aller plus loin, nos fiches complètes :