Cours de l’aluminium: investissement à court terme plus rentable que l’or et l’argent-métal ?

Les matières premières, les métaux précieux ou rares : autant d’investissements très rentables si tout se passe bien dans le meilleur des mondes. Dans le cas contraire on peut perdre beaucoup d’argent à investir sur l’aluminium (par exemple), même s’il peut aussi être un investissement à court terme rentable. Mais l’est-il plus que l’or, ou que l’argent, qui restent deux valeurs sûres pour placer son argent ailleurs que sur un livret bancaire.

Le marché de l’aluminium


Voici un métal qu’on utilise énormément, partout. Les pays d’extraction sont la Russie, le Canada, l’Australie, la Chine, les Etats-Unis et la Norvège.

Son cours est fixé sur la bourse des métaux londoniens, le fameux London Metal Exchange. Mais à trop produire, on risque d’impacter forcement son cours, et c’est ce qu’il c’est passé cette année.

L’aluminium : un bon placement pour le futur ?

Oui, si on s’en refaire à son usage de plus en plus répandu de part le monde : voitures, avions, sodas… Ils y font tous appel, au détriment d’autres métaux qui avaient la côte dans le passé, comme le cuivre.

Et quand est-il de son cours aujourd’hui ?

La surproduction ne facilite pas les choses, et la tonne a baissé  cette année, de quoi donner des sueurs froides aux investisseurs qui prennent des risques, mais n’est-ce pas là leur cœur de métier ?

Les grands groupes producteurs connaissent eux aussi la crise, avec des pertes qui s’additionnent, entraînant licenciements et fermetures d’usines. Mais comme toujours avec les métaux, la tendance peut s’inverser très vite, et il semble que nous nous dirigions vers une reprise de l’activité, notamment grâce à l’Inde et à d’autres pays émergeant.

Alors, faut-il investir dans l’aluminium ?


Oui, mais seulement si on en maîtrise le marché. En effet, l’investissement se fait via des ordres à terme, et ce sont les périodes où les taux d’intérêts sont très bas qui changent la donne. C’est donc le marché qui fait la loi, et qui fixe les tenants et les aboutissants. Cela veut-il dire qu’un particulier ne peut pas y trouver son compte ?

Tout va dépendre de la demande à venir et de la réaction du marché face aux difficultés rencontrées par la Chine. Il va falloir qu’il y ait une forte demande sur les biens de consommations durables, qui utilisent à peu près tous de l’aluminium dans leur composition.

Les raisons qui nous font penser qu’il peut être judicieux d’investir :

  • Les prix devraient monter avec la demande de l’inde
  • L’aéronautique en a un besoin croissant
  • Il n’est pas difficile techniquement de pouvoir y investir

Comment investir dans l’aluminium ?


Pour quelqu’un de non inverti, qui veut toucher des dividendes à moyen terme, il est possible d’investir directement dans une entreprise qui produit de l’alu. Il suffit de repérer celles qui sont cotées, et d’acheter des actions.

Pour les investisseurs qui maîtrisent les règles des marchés et qui appréhendent les risques, il est possible de privilégier un rendement à court terme avec les produits financiers que sont les ETC et leurs effets de leviers, qui vont avoir des conséquences sur la hausse, mais aussi sur la baisse.

Dans le même genre, il existe les CFD sur l’aluminium. La différence réside sur les leviers, beaucoup plus importants avec les CFD.

Une autre alternative, les contrats à terme, uniquement réservés aux investisseurs expérimentés. On ne les trouve actuellement qu’à la LME de Londres et à Shanghai. Les contrats portent sur de très grosses quantités, plusieurs tonnes.


Envie d’en savoir plus sur les métaux précieux ?


Alors, tenté par l’aluminium ? Il y a des risques importants, à chacun de voir s’il est prêt à les assumer.