Compte-titres ou PEA en 2017: que choisir pour investir en bourse ?

Pour investir en bourse en 2017, il y a deux solutions pour un épargnant moyen : un compte-titres ordinaire ou un PEA. Mais entre les deux, quel compte choisir pour acheter et vendre en bourse ? Avant de se décider, il est nécessaire d’établir un comparatif PEA et compte-titres. Leur fonctionnement et leur fiscalité sont différents. Tout va donc dépendre de sa propre situation et de ce qu’on souhaite faire de son argent par la suite.

Choisir entre un PEA et un compte-titres


Ces deux supports permettent de posséder un portefeuille d’actions et permettent un investissement boursier à long terme. A l’heure où la fiscalité augmente de toutes parts, ces placements possèdent-ils les avantages fiscaux qui plaisent aux épargnants ?

Qu’est-ce qu’un PEA ? 


Le Plan d’Epargne en Actions est plus encadré qu’un placement boursier sur un compte titre. On ne peut y posséder que des valeurs européennes, et leur montant est plafonné, raison pour laquelle beaucoup d’épargnants ouvrent d’abord un PEA puis un compte-titres quand ce dernier est plein, tout en sachant qu’on a le droit de n’en posséder qu’un par personne.

Attention : aux conditions d’ouverture s’ajoutent le fait d’avoir + de 18 ans et d’habiter en France. Le fonctionnement du PEA est donc assez restrictif.

Concernant la disponibilité des liquidités, sachez qu’en cas de retrait dans les 8 premières années, le PEA sera automatiquement clôturé. De la même façon, si une partie de l’argent dispo est retiré avant 5 ans, les avantages fiscaux s’évaporent. A l’opposé, on peut garder son compte épargne action tout au long de sa vie, sa durée n’étant pas limitée.

La fiscalité d’un PEA

Si il est difficile de s’avancer sur le taux d’imposition du PEA  (celui-ci pouvant constamment être remis en question, un peu comme le taux d’intérêt du livret A qui ne fait que baisser), il faut quand même savoir que pour le moment, on ne paye pas d’impôts sur ses gains si on laisse fructifier sur son compte au moins 5 ans sans y toucher. Ne reste donc que les prélèvements sociaux à régler.

Et si je retire mon argent avant 5 ans ?

Ca peut faire mal, mieux vaut donc être prévenu des conséquences avant de se lancer dans un retrait (il est parfois préférable de faire un petit emprunt plutôt que de perdre tous les avantages fiscaux liés à son PEA. Tout dépend de la somme dont on a besoin, et du caractère d’urgence du retrait).

Pour un retrait dans les deux premières années d’existence de son PEA, le taux d’imposition sera de 22,5% (à l’heure où ces lignes sont écrites). Un peu moins entre la deuxième et la cinquième année : 19,5%. Attention toutefois : ce taux ne s’applique qu’en cas de dépassement du seuil de taxation.

Après la huitième année, il n’y a plus de problèmes, et on peut retirer son argent comme on le souhaite, sans risquer la clôture de son PEA ( sauf en cas de retrait total) et des taux d’imposition prohibitifs. Pensez quand même que de toute façon, il faudra régler les prélèvements sociaux qui sont de l’ordre de 13% (taux qui a tendance à évoluer à la hausse chaque année, surtout en période « d’effort fiscal ».

Comment ouvrir un PEA ?

Quasiment partout (façon de parler). Toutefois, tous les établissements financiers sont à même de pouvoir le faire, à savoir la Banque Postale, les banques classiques, les banques en lignes et mêmes les assureurs.

Attention toutefois : il faut ouvrir un compte courant en parallèle, tous les achats et les ventes de titre passant par lui. Même chose pour les liquidités, qui y seront entreposées. Ce PEA sera ouvert à titre individuel. Il est librement transférable d’une banque à une autre, à condition de tout transférer. Quand à son coût (en cas de transfert), il faut voir directement avec sa banque ou son établissement financier.

Ouvrir un PEA-PME 

C’est une grande nouveauté de l’année dernière. Les particuliers peuvent maintenant investir sur les petites et les moyennes entreprises. C’est un PEA qui n’est pas différent du classique, à part le fait que les sociétés qui émettent des actions ne soient pas cotées. L’argent ainsi récolté doit leur permettre de se développer, notamment à l’international.

La seule différence avec un PEA classique réside dans le plafond, plus vite atteint, puisqu’il n’est que de 75000 euros. Il est possible de cumuler les deux PEA.

Qu’est-ce qu’un compte titres ? 


compte titres

Tous les placements boursiers peuvent passer par son compte-titres, même les SICAV et les fonds commun de placement, les warrants et les parts dans une société d’investissement immobilier. Et on peut en acheter autant que l’on souhaite : il n’y a aucuns plafonds sur un compte de titres, et il est possible d’en ouvrir plusieurs.

Celui qui a besoin d’argent peut en retirer à tout moment sur son compte titres, à condition d’avoir des liquidités disponibles.

Définition du compte-titres ordinaire

Pour qui souhaite investir en bourse sans se prendre la tête; le compte titres est le bon outil. On peut en particulier accéder à toutes les bourses du monde et acquérir tous les produits financiers qui s’y trouvent. On peut via son compte action acheter et vendre, quelle que soit la somme, et l’approvisionner par tous moyens (chèque, virement ou titres).

A la différence d’un PEA, plusieurs personnes peuvent détenir simultanément un même compte de titres.

La fiscalité d’un compte-titres

Là, en revanche, tous les gains sont imposés, et ce dès le premier euro gagné. A cela s’ajoutent les prélèvements sociaux. Chaque année, lors de sa déclaration d’impôts, il faut indiquer ce qu’on a gagné ou perdu lors de l’année écoulée. Il faut aussi ajouter les dividendes qui ont été versés, ainsi que le montant des coupons d’obligations (même si pour ces deux derniers les impôts sont prélevés à la source directement, soit avant le versement).

Que choisir ? 


C’est toute la complexité de ces deux produits financiers. Penchez pour le second, c’est avoir une liberté d’action importante, avec la possibilité d’investir sur de nombreux supports, contrebalancée par une fiscalité lourde. Pour faire fonctionner son compte titres d’une façon optimale, mieux vaut aussi s’y connaître en bourse.

rendement PEA

Les boursicoteurs du dimanche devant plutôt opter pour l’ouverture d’un PEA. Mais celui-ci est contraignant, avec son plafond de 132000 euros, mais intéresse les petits épargnants avec sa fiscalité réduite. Rappelons que celui-ci avait été lancé à l’origine pour permettre à tous d’investir en bourse sans trop de difficultés.

En définitive, il semble que le PEA et le compte-titres soient deux produits de placement complémentaire, permettant d’optimiser au mieux ses achats d’actions ainsi que d’autres valeurs mobilières. Nous conseillons donc d’ouvrir les 2, pour jouer avec leurs avantages pour un rendement maximal.

Bien sur, placer son argent en bourse reste risqué quelle que soit la stratégie adoptée. On peut gagner comme perdre, mieux vaut l’avoir à l’esprit avant de s’engager dans l’achat de valeurs boursières.