Acheter un entrepôt : pour en faire un loft et y vivre

Pour faire un loft digne de ce nom, il faut trouver un grand espace à rénover : un ancien atelier à vendre, un bâtiment désaffecté, un ancien local industriel ou un entrepôt à acheter. Pour en faire une habitation, cela suppose une transformation complète.

Aménager en hangar coûte très cher, il faut donc le budgétiser au moment de l’achat. En île de France, trouver un espace atypique à transformer n’est pas si courant que cela. Pour y arriver, 2 solutions : ouvrir l’oeil ou passer par un chasseur de bien immobilier.

Les démarches et formalités


Transformer un local a but commercial en logement suppose d’abord de se mettre en règle. Ainsi, si le prix d’un entrepôt peut en freiner l’achat, la lourdeur administratif en rajoute une couche. Car tous les biens immobiliers ont un usage qui leur est propre, et dont l’administration fixe les tenants et les aboutissants. Acheter une superbe boutique dans le marais c’est bien, mais si c’est pour y habiter, les chances sont minces…


Important : ce type de bien n’est pas forcément un bon plan pour un investissement locatif.


Celui qui fait la pluie et le beau temps en la matière, c’est le PLU. C’est donc le service d’urbanisme de votre commune qui vous délivrera l’autorisation, ou non, de changer l’affectation d’un lieu. En la matière, il n’y a pas de règles : tout dépendra de la politique menée par la ville : si elle veut défendre le commerce de proximité, adieu vos rêves d’investir la boucherie de votre enfance… 

Les copropriétaires tout puissants

Même si le plan local d’urbanisme donne son feux vert, la copropriété du local a aussi son mot à dire. A elle de valider le changement d’affectation. Ce genre de décision se prend à la majorité, et la preuve de l’accord est obligatoire dans l’optique de revendre un jour le bien.

Même chose pour tout ce qui touche les parties communes, et quand on rachète un entrepôt, ce genre de travaux est inéluctable : murs porteurs, les façades, la cour… Si vous les faites sans un accord, en cas de plainte, il vous faudra tout détruire pour remettre les choses comme avant…

Moralité : avant de passer chez le notaire, il faut sonder les voisins pour savoir s’ils accepteraient le projet, ou non. Car en cas de refus, impossible de faire marche arrière. Au pire, incluez l’accord dans les conditions suspensives. Pour les travaux, mieux vaut confier le dossier à une personne dont c’est le métier. Les architectes ont l’habitude de composer avec les désidératas des co-propriétaires, et cela les rassure, de même que la souscription d’une assurance en cas de dommages.

Est-ce la même chose pour un hangar ?


L’avantage d’un hangar, c’est qu’une fois vide, on organise l’espace comme on veut, puisque tout est à créer. On peut en faire quelque chose de très contemporain et de très moderne, en utilisant les grands volumes disponibles au mieux. Mais avant de se pencher sur la décoration, il vous faut le permis de construire de la mairie, où le plan local d’urbanisme vérifiera que vous respectiez bien les règles.

Celui-ci peut prendre un peu de temps à venir, jusqu’à 3 mois, les services municipaux n’étant pas toujours des flèches. Et s’il faut que les bâtiments de France donnent leur avis, là, ça peut prendre quelques mois supplémentaires, certains oubliant parfois que le temps c’est de l’argent. En cas d’accord, vous avez 2 ans pour réaliser les travaux.

Bon à savoir : pour les projets qui dépassent les 170 m2, pas le choix, il faudra passer par un architecte. C’est mieux ainsi de toute façon.

Pourquoi vivre dans un loft ?


A chacun ses raisons. Parmi elles, on trouve le fait de se distinguer de la masse, et de ne pas choisir de se loger comme monsieur tout le monde. Il est vrai qu’habiter dans un loft, ça en jette lorsque les copains viennent diner à la maison. Les biens atypiques font briller les yeux des bobos, surtout quand ils sont décorés avec de l’indus…

Il faut dire que niveau volumes, on est à des années lumières des HLM des années 70, et que rapporté au prix du m2, on est gagnant, même si pour se faire une idée des économies éventuelles, il faudra inclure les travaux dans le coût final du projet.

vivre dans un loft

Avant de vous lancer dans l’aventure des grands espaces, de dire adieu aux cloisons et bonjour à la hauteur sous plafond démesurée, assurez-vous d’avoir les moyen de chauffer l’ensemble quand l’hiver va pointer le bout de son nez. De la même façon, un espace sans cloisons n’est pas fait pour tout le monde, et si avoir sa baignoire dans la chambre c’est classe, peut-être que votre prochaine petite amie n’aimera pas prendre son bain de cette façon là…

En définitive, le loft est plutôt un truc de célibataires, ou fait pour un jeune couple dans le vent. Avec des enfants, ça se complique vite, et pour conserver un peu d’intimité, il faudra se lever très tôt… Avec un entrepôt, à chacun son style de vie, à chacun ses envies. Le tout restant de ne pas en avoir marre au bout de 6 mois, car vu l’ampleur du projet, les crédits vous paraitront peut-être longs à rembourser.